J’hallulucine.

[Note: L’idée de cet article m’est venue grâce à une pote, qui a parlé en passant de la apparemment célèbre (franchement jamais entendu parler avant) Deedee (je mets pas son blog parce que trop de spa Chanel tue le spa Chanel) (et je veux pas lui faire de pub) (vu qu’apparemment c’est une célébrité elle doit être facile à trouver). Avant de lire ce qui suit, donc, il serait bon et bien et beau que vous alliez lire sa page Ulule. En gros cette nana est une bourgeoise parisienne blogueuse « Lifestyle » (Ugh…) qui a décidé que ça ne serait pas du tout indécent de faire payer son appart par ses lecteurs. Allez voir, je vous dis, c’est… édifiant. Bisous mes lapins.]

Chez PsychoSpoon, c’est chez moi… Mais c’est aussi et surtout chez moi ! 

Il y a 4 ans, j’ai fondé le blog Inside PsychoSpoon (j’adore l’humour), un blog humour et résolument gouine (parce que quand je l’étais pas « résolument » il m’arrivait des merdes).

Aujourd’hui j’ai envie d’aller plus loin, en améliorant mes conditions de vie dans la Sarthe: Inside PsychoSpoon, mais en mieux (pour moi). Un putain de château de ouf tous frais payés par ta gueule où je continuerai de pondre une note par an et dans lequel je te paierai éventuellement une bière si c’est toi qui ramènes le pack.(Ça fait kiffer, non? Chuis trop déglingo, lol.)

MA CRÈCHE, BRO.

On a tendance à vachement zapper que malgré mon absence totale de célébrité sur le web, je fais dix vues par an. DIX VUES PAR AN. Ce qui signifie qu’il y a des paumés ou des potes qui cliquent, et ça, ça me donne envie de rouler des pelles. Du coup même si je m’en fous de vos gueules, si l’un d’entre vous tombe en panne dans la campagne sarthoise, et bah je veux pouvoir lui offrir une bière dans l’entrée. Je suis comme ça, moi, je partage mes Kro.
Des fois j’ai des saucisses cocktail.

Bon, sans tortiller du cul, ce que j’ai en tête c’est d’exploiter votre générosité de smicards histoire d’avoir une putain de baraque sans en branler une. Dans ma tête ça a une gueule de ouf:

Chateau_du_Lude_facade_est.jpg

Le plan des pièces que vous ne verrez jamais:

Leplan

Et si vous êtes aussi naïfs que je le pense, j’aurai grave moyen de m’offrir ça:
Booktruc.png

Ça claque, hein?

POURQUOI VOUS RAQUEZ.

Je travaille sur ce projet depuis près de 30 secondes… ! Après avoir vaguement zoné sur internet en m’en décapsulant une je suis tombée sur une tof pas piquée des hannetons. J’avais 10 balles en poche mais le mec en a pas voulu, je me suis donc dit que j’allais squatter vos comptes en banque.
Sans déconner les gars si je veux que le jacuzzi soit prêt avant Noël faut que vous crachiez les biftons, vous êtes mignons mais mes blagues elles se font pas toutes seules, j’ai besoin de paix, de sérénité, de luxe et d’alcool. En plus ça valorise mon travail. Vous avez envie de valoriser mon travail, hein? C’est pas gratos, merde.
La pièce principale ça va être un truc de GUEDIN, sans déconner vous allez pas en revenir, un canapé 12 places, de la Hi-Fi de OUF, toutes les consoles du monde avec un frigo sponsorisé par Kronenbourg. Quand je pense que vous ne le verrez même pas, ça me fait mal un peu. Quand même. On a du cœur, merde.
Par contre les ouvriers sans-papiers que j’embauche pour me faire les travaux demandent à être payés (alors que je leur ai répété MILLE FOIS que ça leur faisait de la pub, va comprendre), donc j’ai besoin de vous, blabla, communauté-mon-cul, tout ça. Love.

J’veux que vous allongiez aussi pour que j’aie pas seulement une piaule à kiffer, mais des trucs dedans. Mais vous allez en profiter aussi, hein. Vite fait. Des fois. Enfin y’a des conditions, quoi.

Genre:

LES CONTREPARTIES (Bah ouais, chuis comme ça, moi. Je contreparte.)

Bon, comme je suis pas la meuf à laisser une bonne action impunie, voilà c’que j’te propose:

Pour 5 balles, une tarte dans ta gueule (connard de radin).

Pour dix balles, je te regarde si je passe à côté de toi dans la rue (seulement 10 regards dispos !) (Donne ton adresse en même temps que ton virement, pour que je cale ma présence dans ton quartier de prolo.)

Pour 15 balles, des stickers de ouf et je te taggue sur Facebook dans un statut. (Je te JURE, JAMAIS tu trouveras ces stickers NULPARAYEUR tellement c’est des inédits exclusifs édition limitée originaux one shot de MALADE. Word.) (Seulement 5 stickers dispos !)

Tropsuper

Pour 30 balles, tu vas halluciner. Pour 30 balles, la prochaine fois que je vais aux Caraïbes…
Non. Non j’te l’dis pas c’est trop, tu vas trop halluciner.

La prochaine fois que je vais me taper des Mojitos aux Caraïbes, la vie d’ma maman j’te promets…

Nan, tu vas pas l’croire.

Bon ok j’te l’dis.
La prochaine fois que je vais me sniffer de la coke sur des mannequins…
… JE T’ENVOIE UNE CARTE POSTALE.
Une PUTAIN DE CARTE POSTALE !
UNE VRAIE.
EN CARTON.
SIGNÉE PAR MOI.
(Sans déc’, t’imagines la valeur sur Ebay ? C’est toi qui pars au Caraïbes après! Merci qui ?!) (Seulement 5 cartes dispos !)

Pour 50 balles, je te file un SAC. UN SAC. EN TISSU. AVEC UN PUTAIN DE TRUC D’ÉCRIT DESSUS, les gars les filles je sais pas ce que vous en pensez mais là moi je suis en train de me regarder dans le miroir en me disant « Tu poutres, meuf, ils ont grave de la chance, tes millions de fans », et je me tripote les seins. Un tote-bag que tu peux choisir entre deux messages profonds: celui de la photo, et « Photo non contractuelle ». Profond. (C’est même pas moi qui l’ai trouvée celle-ci je suis verte. Le tote-bag est blanc, par contre. Blanc sale parce que c’est bio.)

Moneymoneymoney

Pour 70 balles, t’as le tout, coco. La totale, comme disait Madame Claude. J’appelle ça le pack « Dis merci ! ». Les stickers de ouf, la carte postale à 20 centimes, le sac fabriqué par des Chinois de 4 ans… T’es le roi du monde, chaque personne qui me connaît va halluciner en te croisant dans la rue. Et tout le monde me connaît. Forcément.

Pour 100 balles, je te tartine du pain de mie et je te le balance à la gueule quand tu passes devant chez moi avec ta 206 de plouc (option « brunch » avec oeufs).

Pour 150 balles, tu vas pas en revenir. Pour 150 balles, je te JURE, si tu m’amènes un pack, je le boirai avec toi. Si t’en amènes assez. Dehors. Vite fait, il caille. Mais c’est sympa, on voit la piscine.

Pour 200 balles (on est encore dans tes moyens, sans déc tu fais tes courses aux Galeries ou bien ?), je te file un SUPER BOUT DE PLASTIQUE  en PLASTIQUE que si tu le montres à tes copines elles ne vont PAS COMPRENDRE. Mais toi tu SAURAS que tu peux venir une fois par an au pied de mon château pour que je te jette une pom’pote. Privilège, everybody. That’s how I roll.

card1

Pour 250 balles, je deviens complètement BAM BAM DANS MA TÈTE, je ne connais plus personne en Harley Davidson, je deviens complètement FIFOLLE, je mange du jambon et je roule une pelle à une girafe: Tu PEUX (*moyennant paiement) passer GRATUITEMENT (**moyennant paiement) UN DÎNER (***moyennant paiement) AVEC MOI (****où tu ramènes la bouffe). Et on mange ensemble. (*****Temps max. 30 min.) Oh et je te file un bout de plastique aussi (******carte Pokémon genre Roucool.)

Pour 800 balles, je te privatise l’arrière-cuisine du château que tu m’auras payé pour que tu viennes faire la plonge avec tes potes. D’une part c’est convivial, ma cuisine est Feng-Shui à mort et de deux, les gars, sans déconner, ça faisait combien de temps que vous n’aviez pas vu une cuisine de 30m² ? (Je prévois de fréquenter autre chose que des rebuts de la cour des miracles à un moment. Ceci dit les pauvres c’est vrai que c’est facile de leur faire plaisir.)

Pour 1200 balles, tu peux nourrir Günther, mon berger allemand. Si c’est pas du privilège de FOU FURIEUX. (Je garde les droits de la vidéo.) Et en sus (coquin/e), tu as un PUTAIN DE BOUT DE PLASTIQUE ENCORE PLUS MEILLEUR QUE CELUI DU GROS RAT D’AVANT QUI N’A PAS DONNE AUTANT QUE TOI ! ET Y’A TON NOM DESSUS. Ça fera joli dans ton porte-carte. Oh et si tu veux tu pourras manger du boulgour avec moi le mardi matin entre 7h30 et 7h45. Une fois par an. C’est un privilège.

card2

Pour 2000 balles, je PENSE A TOI et à quel point tu es UN LOSER qui a de la CHANCE de m’avoir dans sa vie pour gonfler sa popularité de MERDE. ET TU DEVRAIS ÊTRE CONTENT que je regarde ta SALE PETITE GUEULE DE WANNABE BOBO, putain, vous me DÉBECTEZ. Si vous n’aviez pas une carte Gold je serais déjà en train de CHIER SUR VOS PAILLASSONS, bande de merdes mercantiles, alors que moi je suis AUTHENTIQUE. Vous me faites dégueuler, tiens. Je vous MÉPRISE, regardez bien le fond de mes narines tandis que j’entame mon ascendance au-dessus de vos sales faces de PAUVRES.

J’attends votre pognon. Bisous.

Co-auteure: ma MEUF qui pue le talent. YOLO.

 

Les forums, ou les funérailles de l’ego.

Salut mes p’tits hippocampes de Transsylvanie ! Enfin salut à ceux qui ne sont pas morts de vieillesse depuis ma dernière note… Comme d’habitude, des orties trempées dans de l’arsenic m’attendent afin que je m’en flagelle abondamment, rouge de la honte de vous avoir abandonnés.

Bref.

(Toute mention du mot « arsenic » me colle inexorablement cette chanson dans la tête. Y’a pas de raison que je sois la seule.)

Je m’en viens vers vous, comme d’hab’,  pour défoncer avec allégresse et enthousiasme la dernière porte ouverte qu’il m’ait été donné de trouver. Que seriez-vous sans ma dénonciation osée, sans compromis et pourtant si pertinente des fléaux du monde moderne?

Je suis la Élise Lucet des sujets sans intérêt. En moins blonde.

Aujourd’hui, dans notre nouveau numéro de « Béliers et Portes Ouvertes »: Les forums animaux.

Alors vu que je suis une vieille conne, je ne sais pas trop si les forums sont passés de mode, oblitérés par Snapbook et autres Tindchat, Myspace, tout ça… (Coucou mon ami Tom de Myspace !), mais en tous cas ils m’ont l’air suffisamment fréquentés pour que j’en cause.

Attention lecteurtrice, je vais hypothéser.

Mettons qu’un jour, après avoir vu sa petite bouille croquignole dans une vitrine d’animalerie, tu aies craqué et aies décidé d’adopter un bébé éléphant de mer (Au pif. Haha. Pif. Pif, trompe, éléphant de mer, tu l’as? Ha.).

elephant-seal-eyes

Et qui suis-je pour juger?

Après une brève interaction avec la vendeuse, te voilà reparti avec ton nouveau bébé sous le bras. Tu vas l’appeler Charles-Clotaire, et il fera très joli sur le canapé.

Problème ! En arrivant chez toi et en donnant à ton compagnon sa première gamelle de Pedigree Poulpe, tu te rends compte avec horreur que finalement, les éléphants de mer, tu connais pas trop. Enfin, comme tout le monde, t’as les connaissances de base sur leurs mœurs: alimentation, éducation, vaccins, hygiène, etc… mais, en maître responsable, tu te questionnes: Qu’est-ce que tu peux faire pour rendre Charles-Clotaire (qui dégouline de joie dans le canapé, sur lequel il fait effectivement très joli) le plus heureux des éléphants de mer?

Réflexe 2.0: te jeter sur Gougueule pour consulter les centaines de forums voués au bonheur de ces débonnaires bestioles.

Après quelques microsecondes de recherche, tu trébuches sur le Graal: le forum « Sea Elephant m’était conté » a l’air de correspondre à tes attentes. Un bref coup d’œil sur divers sujets te montre une communauté de passionnés, ouverts, accueillants et prêts à te guider pas à pas dans l’éducation du pachyderme marin qui s’est endormi en bavant sur tes coussins. Attendrissant.

PAUVRE FOU !!!

3208114245_1_2_0kbwfcmd

Bienvenue ! Insère ici ton adresse mail et ton mot de passe.

Ce que tu ne sais pas encore, mais que tu vas douloureusement apprendre, c’est que frayer les forums n’est pas à la portée de n’importe quelle âme non-élue. En plus clair: Tu vas morfler ta race, coco.

Déjà, plein de bonne volonté, tu vas te rendre sur l’onglet « Présentation », afin de raconter un peu ton histoire et celle de Charles-Clotaire:

« Bonjour à tous ! Ce forum a l’air très sympathique ! 🙂 Alors voilà, je viens d’adopter en animalerie mon premier éléphant de mer (mais ma mémé en avait un quand j’étais petit, je l’aimais beaucoup, il était très mignon. Il me léchait les mains sur les marches du perron.), il s’appelle Charles-Clotaire et il a 18 jours. A part un léger strabisme divergent et une tendance à me lécher le genou gauche, il est très gentil. Je voudrais juste avoir des conseils sur l’éducation, l’alimentation de l’éléphant de mer (la dame de l’animalerie m’a conseillé le Pedigree Poulpe, j’ai acheté un sac de 450 kilos). Voilà, merci d’avance pour vos réponses, et à bientôt ! 🙂 »

A partir de là, et malgré tes pathétiques efforts de sympathie et d’ouverture, prépare-toi: RIEN de ce que tu fais, as fait, feras, as pensé à faire, as rêvé de faire, ne sera suffisant pour contenir l’ire des VRAIS passionnés, ceux qui chient sur ton tapis tellement tu n’es qu’une minable tentative d’humanité qu’on n’aurait jamais dû autoriser à adopter le moindre plancton.

Au début, t’y crois. Premier message de réponse:

« Hey ! Bienvenue dans la communauté ! J’espère que tu trouveras ce que tu cherches ! T’as des photos de ton loulou? Moi j’en ai 4, la mère et les 3 p’tits bouts, c’est vrai qu’une fois qu’on est mordu, on ne s’arrête jamais ! A vite ! 🙂 ❤ » Signé : babardemerlolilolcoeur

Un peu plus tard, plus flippant:

« Bonjour. Dites-nous en un peu plus sur votre Éléphant de Mer. Pour commencer, Éléphant de Mer du Nord ou du Sud ? Ce sont deux races très différentes, et les soins à leur prodiguer le sont également. Ensuite, vous dites que votre Éléphant de Mer a 18 jours. C’est un peu jeune, non? Quel poids fait-il? Où l’avez-vous acheté? Vous vivez dans quelle région? Vous avez du terrain maritime? Vous avez été opéré de l’appendicite? Cordialement. » Signé: éducproéléphantdemer72

25 secondes plus tard:

« éducproéléphantdemer72 a raison, 18 jours c’est un peu jeune. Attention aux animaleries ! » Signé: loveforeveréducproéléphantdemer72slurp

Un peu douché, tu réponds toutefois avec le même enthousiasme innocent qui causera ta perte:

« Coucou ! 🙂 Merci pour vos réponses ^^ Alors je viens de regarder les papiers de C.-C., c’est un éléphant de mer du sud ! La dame de l’animalerie m’a dit qu’il était sevré, il fait déjà 112 kilos, c’est un gros pépère 😉 🙂 ❤ \o/ ^^ Pour info, je vis dans la banlieue du Havre. J’ai donc la mer à proximité ! 🙂 😉 Je me suis toujours dit que quand ce serait le cas, j’adopterais mon premier éléphant de mer. Pour l’appendicite, non, c’est grave? Merci encore ! 🙂 😉 😀 XD \o/ ❤ »

Malheureusement, et malgré tes pauvres tentatives pour amadouer les membres à grands coups de smileys hystériques (pardon: emojis), c’est trop tard. Tu as révélé l’étendue de ta criminelle ignorance, et tu vas payer.

« Je viens de lire vos posts. Du Pedigree Poulpe? Non mais sérieusement? Vous savez que c’est très mauvais sur le long terme. Il y a plus de déchets de poisson là-dedans que de vrais filets ! Je serais vous, je jetterais ça tout de suite. Passez à une alimentation véto ! » Signé: OnlyMeCanJudgeYou

« L’alimentation véto? Quelle blague ! C’est exactement la même m…. que dans les supermarchés, mais dix fois plus cher ! C’est criminel ce que vous dites, CRIMINEL VOUS M’ENTENDEZ? J’en suis à mon 8e EdM, et CHAQUE JOUR je me lève à 4h du matin pour aller pêcher ses poissons et ses calmars. Si on n’est pas prêt à faire quelques sacrifices, autant avoir un poisson rouge !!! » Signé: JaiAussiUneRobeDeBure

Carrément flippé maintenant, vu qu’apparemment tu ne fais que des conneries, tu penses entrevoir une petite loupiote au bout du tunnel de fail:

« Pêcher? Ah mais ce n’est pas un problème ça, je suis au chômage en ce moment, je pourrais tout à fait m’y mettre ! 🙂 😀 ❤ patapé ^^’  »

Grand malade. Inconscient.

« VOUS ÊTES AU CHÔMAGE??? MAIS COMMENT ESPÉREZ-VOUS SUBVENIR AUX BESOINS DE VOTRE ÉLÉPHANT DE MER? ESPÈCE D’IRRESPONSABLE !!! ET VOUS ALLEZ PÊCHER OU? DANS LA MANCHE? POUR UN ÉLÉPHANT DE MER DU SUD? MAIS VOUS MANGEZ DE LA COLLE???!!! » Signé: AllCapsForever

Ultime tentative de rattrapage de ta part:

« Hahaha mais non enfin, ne vous inquiétez pas, je reprends le travail le mois prochain ! J’ai tout à fait les moyens de m’en occuper comme il faut, ce sera d’ailleurs ma priorité! Oh la la, quel forum de passionnés ! 😀 🙂 :’) ^^ \\o |o| o// \o/ patapépatapé »

Adieu.

« VOUS ALLEZ TRAVAILLER? MAIS OU TROUVEREZ-VOUS LE TEMPS DE VOUS OCCUPER DE VOTRE ANIMAL?!!! LUI PASSER DE LA CRÈME HYDRATANTE ME PREND 4H PAR JOUR !!! SANS PARLER DES COURS DE NATATION, DES MASSAGES ET DES SOINS PENDANT SES MUES !!! ET LES ÉCOULEMENTS NASAUX, HEIN?! VOUS ALLEZ RÉGLER CA AVEC UN KLEENEX, C’EST CA??? JE VOUS VOMIS, MONSIEUR! JE VOUS VILIPENDE ! JE VOUS EXÈCRE ET VOUS MÉPRISE! AAARGHLARBARGLLAAARHH! LA PESTE SOIT DE VOS DEUX MAISONS!!! » Signé: Et TuRedeviendrasPoussière

Figé devant ton ordinateur, les mains tremblantes, une larme coulant lentement sur ta joue, tu subis alors le coup de grâce:

« De toutes façons à la seconde où cet individu a dit devoir consulter les papiers pour savoir s’il avait un Eléphant de Mer du Nord ou du Sud, j’ai compris à qui on avait affaire. Pauvre bête. » Signé: éducproéléphantdemer72

Alors tu éteins ton ordinateur. Tu regardes Charles-Clotaire. Charles-Clotaire te regarde avec cette sagesse dans les yeux propre aux éléphants de mer. Tu lui jettes distraitement sont jouet à pouet. Il l’attrape et vient baver sur tes genoux.
En lui grattouillant la trompe, la boule d’angoisse de ton incompétence disparaît. Tu te désinscris du forum.

Ça va aller.

charles-clotaire

I love you anyway.

[NdA: Ce billet est basé sur les divers renseignements que j’ai été chercher sur des forum animaux, au prix de ma santé mentale déjà branlante, de ma patience et de mon amour de la race humaine. Si j’avais besoin de me sentir jugée et inapte, je passerais Noël en famille.]

 

 

 

 

Mourir dans un carton, d’accord, mais de mort lente.

Bonjour mes petits ratons-laveurs bondissants!

Vous me connaissez, je suis une femme engagée. Politique. Je ne me laisse pas impressionner par les lobbies du [Insérez ici nom d’un groupe que vous n’aimez pas]. J’ose dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Je suis une rebelle. Quitte à déplaire.
Et donc je le crie, je le hurle, et que ceux que ça hérisse aillent lire un blog plus consensuel:

Les déménagements, c’est chiant. Voilà, c’est dit. Peur de rien.

HAHA! Rebellioooon!

HAHA! Rebellioooon!

Un petit rappel pour ceux qui ont le mauvais goût de ne pas suivre chaque micro-changement de ma vie comme si la leur en dépendait: il y a quelques temps, ma charmante moitié et moi-même avons décidé de nous mettre en recherche d’un nid commun. Après avoir décidé de quitter Nantes pour Le Mans (ville dans laquelle nous pouvions nous permettre une petite maison avec un petit jardin sans avoir à vendre un organe par mois), il a fallu mettre en place la logistique suffisante pour transférer nos divers biens d’un endroit à un autre.
Pour ce faire, il faut disposer d’une qualité fort utile, à savoir la capacité de S’ORGANISER.
Ce qui est plus ou moins un gros mot dans notre couple.
Disons qu’avec 4 théières pleines, 3 paquets de clopes et un brainstorming de 5 heures, on arrive à peu près à établir que ça serait bien que les cartons soient dans le camion avant que ledit camion ne soit conduit au Mans.
Ça vous donne une idée.
On a même pensé à sous-traiter nos vies à une pote, histoire de minimiser nos risques de nous retrouver à la rue et/ou mortes.
Mais bref, on a fini par tout mettre à peu près dans l’ordre, même si j’avais de mon côté sous estimé le temps que cela me prendrait de faire les putains de cartons « que c’est pas possible d’en arriver à accumuler un tel merdier et c’est quoi ça putain bah poubelle tiens! Et pis ça aussi! Et pis ça! Et pis-oh non, ma peluche. » *fourre ladite peluche dans un carton mêlant vaisselle/fringues/DVD/livres.*

Parce que je suis infoutue de commencer un truc avant le tout dernier moment.
Et j’aimerais bien, mes p’tits lapins, me draper dans la certitude que « je travaille mieux dans l’urgence ». J’aimerais vraiment. Mais c’est pas vrai. En gros j’ai un mode de fonctionnement binaire:

Quand je commence une tâche en avance (ici, donc, les cartons), en me laissant un délai plus que raisonnable:
-> Je mets mollement deux fois par semaine un livre dans un carton. Je fais une pause clope. Je m’assois et rentre en contemplation de que dalle, qui peut durer un certain temps. Je me rappelle que j’étais en train de faire un truc. Je change l’album que je suis en train d’écouter. Je remets un livre dans un carton. Je reçois un texto me proposant de boire un bière en ville, ce à quoi je réponds immédiatement « j’arrive », en me gaussant de mes trucs en latence et en me vautrant dans le temps qui me reste pour les faire comme dans un bain chaud. Non mais j’ai le temps, là, tranquille.

Quand je commence (et dois donc impérativement terminer) la tâche au tout dernier moment (genre 2h avant que le camion n’arrive), et que rien n’est fait:
-> Je me mets en mode OVERDRIVE, une clope vissée au bec, et balance les divers trucs que j’ai à ranger dans des cartons au hasard, sans prendre en compte les concepts précieux « logique » et « poids » (« on va ranger toutes les encyclopédies dans le même carton »), je regarde l’heure toutes les 3 secondes en étant de plus en plus au bord des larmes, je démonte les meubles en tapant dessus avec une chaise, j’écrase mon mégot de clope dans mes cheveux et confonds ma bouteille d’eau et celle de vinaigre blanc. Si j’arrive à ne pas m’empoisonner/m’assommer sur une des portes que je me prends régulièrement dans la gueule/foutre le feu à l’appart, je finis suante comme un phoque, en pleine crise d’angoisse, ayant perdu toute capacité de réflexion, par exemple je fixe un objet pendant environ 3 minutes avant d’établir avec certitude qu’il s’agit d’une fourchette. Fouuuuurchette. Fourchette.

Et pour ceux qui se demanderaient s’il existe un entre-deux à ces comportements, je leur répondrai ce que répond ma copine chaque fois qu’on parle d’entre-deux: « Dieu vomit les tièdes. » Na.

Ahhh, fini! *S'allume une clope*

Ahhh, fini!
*S’allume une clope*

Une fois que je vis dans un succédané pour pauvres de Minecraft (merci Mouise Bourgeois pour l’expression), il est plus que temps de charger le camion. Camion qu’il faut au préalable stationner. (Alors oui, moi je préférerais balancer mes cartons par la fenêtre en visant aléatoirement un camion en mouvement mais 1° Je fais trop de jeux vidéos et 2° Les gens sont pas fun.) Et c’est là que je tiens à remercier de tout mon coeur la ville de Nantes.

Merci, ville de Nantes.

Figurez-vous, mes agneaux, que pour pouvoir réserver des places afin que le jour J nous n’ayons pas à brûler de voiture ou à taper de gens, c’est un délire administratif nimportequouesque qui coûte un rein. (Bon à peine 50 balles à nous deux mais le cours du rein a vachement baissé. Ce qui nous permet par ailleurs d’envahir l’Allemagne plus facilement. Krrr krrr krr.)
[Que les lecteurtrices qui ont gloussé à cette vanne sachent que je leur voue un amour éternel.]
Une fois ledit rein déboursé, on te donne glorieusement deux pauvres panneaux en plastique après t’avoir fait signer je-sais-pas-quoi et t’avoir proposé de donner ton numéro de téléphone aux flics « aucazoù ». Mais bien sûr.
Pour info au Mans la même procédure a été a) gratuite, b) rapide et c) on nous a filé des panneaux en métal de 20 kilos que je pouvais démonter mes meubles avec.

Ajoutez à ça que nous avons déménagé au moment où un quart du périphérique de Nantes était fermé, que tous les transports en commun et la moitié des rues étaient en travaux, et vous obtenez des HEURES DE PUR BONHEUR A SE GALÉRER LA RAIE BORDEL ET TU VAS DÉGAGER TA BOUSE CONNARD C’EST BIEN UN 75.
Pardon.

Donc merci Nantes, on a bien compris que t’avais pas envie de nous laisser partir.

Une fois le camion chargé (y’avait plus de trucs dedans que de gens sous Xanax après une interview de Nadine Morano), nous v’là partis au Mans avec les copains ayant assez de patience de naïveté d’inconscience d’abnégation pour nous accompagner (on a écrit au Vatican pour leur béatification, mais c’est compliqué vu que la plupart d’entre eux brûlent au contact d’une croix).

Y'en a pas un sur cent, et pourtant ils exiiiiiiisteuuuuh...

Y’en a pas un sur cent, et pourtant ils exiiiiiiistent-euuuuuh…

Donc on arrive, on décharge, youpi tagada tsoin tsoin et bordel on a oublié de prévenir EDF de notre glorieuse arrivée en pays Manceau.
A ce stade il faut que vous compreniez bien que nous crevions de faim, de fatigue, qu’on suait comme des porcs et que donc de la cuisine et une douche s’imposaient. Haha.
Et bah ça a été roots, hein.
Du coup pour les remercier de s’être tapé plusieurs centaines de kilomètres, d’avoir porté des cartons à n’en plus finir, d’avoir dormi à même le parquet ET de s’être levés à 7h après avoir pris une cuite magistrale la veille, on leur a fait faire la cuisine au camping gaz et fait prendre des douches glacées parce que tu comprends, c’est vivifiant.

On est comme ça, nous. Généreuses.

Et pour ceux qui demandent, si si ils nous parlent toujours. Nous aussi ça nous étonne.

Qu’il me soit donc permis à travers de cette note défouloir d’encore une fois les remercier, et de rejeter à la face du monde ce témoignage violent de ma rebellitude:

Les déménagements, c’est vraiment très chiant.

*Ajuste son t-shirt Che Guevara*

*Ajuste son t-shirt Che Guevara*

Merci mes lapins, merci les copains!

Du bisou.

BONUS TRACK! Voici la liste non exhaustive des titres prévus pour cette chronique:

– Danse avec les cartons.
– La nuit des longs cartons.
– Voir Le Mans et mourir.
– Dieu vomit les cartons.
– Autant en emportent les cartons.
– Si tu cartonnes, j’annule tout.
– A carton, carton et demi.
– De toutes les matières, c’est le carton qu’elle préfère.
– Il portait des culottes, des boîtes en carton…
– L’ombre d’un carton.
– Je-je suis libertine, je suis un carton.
– Boxes don’t cry.

PS: Merci Amandine pour l’idée du déménagement!

 

Au secours, vous êtes un zombie.

– Bonjour Zombie.
– Arrgrraaaargh.
– Voilà. Bon moi je voulais te parler parce qu’il y a pas mal de choses qui ne vont pas DU TOUT dans ton style, c’est vraiment gênant et comme je pense que tu en pâtis aussi je préfère t’en parler. Ok?
– Grrraaaaerggllaaarrhhhf.
– Non mais je dis ça pour ton bien. Je suis ton amie. Et je pense que les amis ça doit être sincère.
– Glurgl.
– Ok. Bon, soyons honnêtes, t’es beaucoup trop zombie.

No shit, Sherlock?

No shit, Sherlock?

– Grah.
– Bah ouais. Franchement ces derniers temps c’est devenu catastrophique. Je veux dire bon, au début t’étais un peu zombie mais ça allait, c’était charmant, tu vois, ça sortait un peu des canons habituels, et puis ça plaît, des fois, enfin je veux dire c’était cool. Mais là faut voir les choses en face, t’es devenu de plus en plus zombie ces derniers temps, et franchement ça devient un peu dégueulasse.
– Gargl.
– Je suis désolée d’être cash comme ça, mais c’est vrai ce que je dis, la plupart des gens ça les répugne. Enfin là on arrive dans la zone où pour aimer faut être un peu fétichiste, quoi. Moi perso je pourrais pas sortir avec un zombie. C’est pas contre toi, mais bon avoue-le c’est pas joli, quoi. C’est pas attirant.
– …
– Tu m’écoutes?
– Greeuuuharrrr.
– Et puis fais un effort, aussi, franchement! Je veux dire habille-toi mieux, prends soin de toi! Je suis sûre que si tu faisais attention ça irait déjà mieux. Tu vois par exemple les vêtements sales et déchirés, ça le fait pas du tout. Ca te met pas en valeur. Pareil pour ta peau. T’as une peau qui fait… Enfin tu vois, qui fait plus très… Bon putréfiée, certes, mais qui fait pas très propre, quoi. En tous cas celle qui reste. Je suis désolée de te dire ça comme ça. Je suis sûre qu’avec un peu de maquillage, ça ferait moins zombie. On verrait moins la décomposition. Regarde par exemple du mascara et un petit eye-liner et hop! Ca ferait carrément ressortir le… blanc de tes yeux. Enfin blanc jaunâtre. Veiné. Tu m’aides pas, non plus. Pareil pour tes cheveux. Enfin ceux qui restent. On pourrait te faire une mèche, par exemple. Mettre une barrette. Une petite. Y’a de très jolis zombies, tu sais, seulement ça demande des efforts. C’est pas un peu de la paresse, ça?
– Grrrrrreeeeeeeuuuuuuurh.
– Oui bah y’a beaucoup de zombies qui sont paresseux, hein. Fais des activités, je sais pas, moi! De la marche, par exemple. C’est bien la marche. Comme ça ça t’apprendrait à marcher comme un… Enfin comme un pas zombie, quoi. Je te dirais bien de faire de la natation aussi mais vu ton état j’ai peur que ça fasse Efferalgan.
– Gleeurrhhhpschhhhiiiit.

Le saviez-tu? 20% de l'eau des piscines municipales est composée de zombies effervescés.

Le saviez-tu? 20% de l’eau des piscines municipales est composée de zombies effervescés.

– Tu sais j’ai vu des super bons programmes pour te… Enfin te dézombiser. Par exemple la tante de la belle-soeur du mari de ma mère, qui était heu… Enfin zombie, comme toi, mais vraiment très très zombie, hein, rholalaaaa! Et bah elle a suivi un programme, je te ramènerai la plaquette je l’ai à la maison, et en l’espace de 6 semaines elle était déjà nettement plus… Enfin… nettement plus regardable, quoi. Elle se sentait vachement mieux dans son corps. Depuis elle continue et elle s’est même trouvé un mec, on n’y croyait plus! Ça pourrait être toi.
– Blurgh?
– Oui, ou une meuf. D’ailleurs t’as de la chance les meufs c’est moins exigeant.
– Glrufrbltpkt.
– Et puis pour le boulot, bon… Tu sais de nos jours personne n’embauche des zombies, hein. Sauf pour les boulots à la con. Mais si tu veux travailler auprès du public, à moins de travailler dans des endroits pour… enfin pour des gens comme toi, c’est mort! Et je dis ça sans mauvais jeu de mots… Me regarde pas comme ça… si c’est moi que tu regardes. On est jamais sûr, c’est marrant. Tu vois, des bonnes lentilles… mine de rien… ça changerait tout.
– Flurb.
– Personnellement je pense surtout que tu devrais changer ton alimentation. Mange plus de fibres. Moins de viande. Je suis sûre que c’est ton régime à base de cerveaux qui te fout dedans. En plus soyons honnêtes, les gens qui te voient manger ton cerveau dans la rue, c’est direct le cliché « ah bah il mange que des cerveaux c’est pour ça que c’est un zombie. »
– Beuuuuaaaaaaarghhh?
– Bah oui.
– Glurfkt.
– Aussi. Mais tu sais chez toi y’a vraiment que le physique qui cloche, hein, parce qu’en dehors de ta heu… zombitude, t’es vraiment une super belle personne. En dedans. Enfin pas le dedans qu’on voit, mais celui qu’on imagine. Du coup c’est d’autant plus dommage qu’on s’arrête à ça. J’en parlais à ma copine Marie-Jo l’autre jour, je lui parlais de toi, je lui disais « C’est vraiment une super belle personne. » Mais bon ça serait bien qu’il n’y ait pas que moi qui le voie. Hein? Bon. Allez, je file, je t’envoie la plaquette cette semaine. Je pense vraiment à toi tu sais. C’est pour ton bien. Je t’embrasse pas, tu colles. Tu feras gaffe, t’as perdu un bout.
Ba-bye!
– Glurt!

Ça paraît absurde, hein?
Remplacez un mot par un autre, vous obtenez le fat-shaming.

Bisous mes lapins.

– Une grosse.

De l’art de la photo immobilière…

Salut mes petits agneaux de printemps, je viens de me rappeler que j’avais un blog et des trucs à raconter, c’est pas foufou ça?

Figurez-vous que je suis depuis quelques temps en recherche d’un nouvel appart, de préférence grand beau avec du parquet des poutres apparentes un jardin un balcon un parking une situation idéale et pas cher (j’y crois), et que dans ce but je hante les sites de petites annonces immobilières assez régulièrement.
Ces pérégrinations virtuelles m’ont amenée à constater que la plupart des gens avaient le sens esthétique d’une brique et la grammaire hasardeuse de la brique d’à côté. J’en ai donc retenu quelques leçons quant à la publication d’annonces immobilières, et comme je suis sympa, je les partage avec vous, ne me remerciez pas ça me fait plaisir.

Règle numéro 1: Tu loues un appart, t’essaies pas de vendre une bagnole d’occasion à des pékins crédules.

En d’autres termes, inutiles de ponctuer ton annonce de points d’exclamations et de mots en majuscules, on a soit l’impression que c’est une grosse arnaque (« A saisir immédiatement!!! » Pourquoi, sinon il s’écroule?, « Très bon rapport qualité prix!!! », c’est quoi le délire, tu vends une batterie de casseroles? Calme ton hystérie, Jean-Jacques, tu loues un 2 pièces dans un quartier glauque, pas un palace aux Caraïbes, ça va bien se passer), soit que l’annonce a été rédigée par un psychopathe qui va nous enterrer sous la terrasse à la première visite (« Appartement CLAIR et au CALME. » C’est CLAIR que ça me CALME que tu me brailles dans les yeux. Pis bon, « Au CALME », dit comme ça, j’ai juste un peu l’impression que tu me parles du CALME de la fosse commune où ont échoué les 24 autres locataires potentiels qui t’ont posé une question sur l’isolation…).

Règle numéro 2: Ne pas employer de mots qui font « fausse bonne nouvelle ».

Je sais que ça a déjà été dit, mais bordel dire « coquet » ça veut juste dire que tu peux aller aux chiottes, te brosser les dents et te laver les cheveux en même temps, voire que dans le salon il faut que tu enjambes la table basse pour ouvrir la fenêtre que la personne qui est assise dans le canapé se prendra dans la gueule parce que « c’est étroit mais c’est chaleureux. » Oui, en effet, quand tu allumes ta clope et que tu fous le feu au rideau, c’est chaleureux.
Pareil pour « atypique », qui signifie un truc du style « il va falloir que te descendes 5 marches, que tu en remontes 7, que tu enjambes 3 poutres et que tu ouvres 4 portes pour aller de la chambre à la salle de bains. » Ouais, quand les indications que tu donnes à tes potes pour passer du salon aux chiottes ressemblent à une soluce de Warriors of Might and Magic, c’est sacrément atypique (« Tu vas passer deux couloirs, il y a trois portes, n’ouvre pas celle de gauche c’est un piège, à droite y’a un dragon de niveau 8, je m’y risquerais pas, donc tu prends celle du milieu, il y aura un goblin qui va te remettre le rouleau de PQ du Destin, à partir de là tu vas tout droit, tu résous 4 énigmes et tu sautes par-dessus la fosse, là c’est bon tu peux aller chier, prends des vivres et de l’eau. »).

"Si tu n'es pas revenu d'ici deux heures je t'envoie Gandalf."

« Si tu n’es pas revenu d’ici deux heures je t’envoie Gandalf. »

 

Règle numéro 3: Les PHOTOS, bordel!!!

Et là j’en arrive au vif du sujet. On est d’accord, si on veut se donner une idée de l’appart, savoir si on a envie de visiter, toussa toussa, les photos c’est juste indispensable. Je me trompe peut-être (il m’arrive même à moi de faire des erreurs, et oui), mais il me semble que la technologie nous permet de plus en plus de faire des photos pas trop dégueulasses, et ce même SI ON EST UN GROS BRANQUE QUI DÉCOUVRE LADITE TECHNOLOGIE POUR LA PREMIÈRE FOIS, MERDE.
Alors, que tu rates tes photos de famille, de vacances au club Med, de l’anniversaire de Tatie Josiane, je m’en cogne complètement, mais quand il s’agit d’un appart pour lequel des gens vont te donner des sous, ça me grignote un peu plus le cortex.

Exemple numéro 1: « Je vais photographier un détail de l’appartement que je le trouve trop classe et que ça va être trop joli. »

Je suis ravie de savoir que ton appartement a des plinthes. Ou des coins. Vraiment.

Exemple numéro 2: « Je suis pas n’importe qui môa Madame je suis un h’Artiste (prononcez bien le « h ») et je fais des photos h’artistiques de mon magnifique appartement de 40 m². »

C’est très cool hype waw boum d’avoir appris le décadrage et les points de vue originaux, en attendant là je suis pas certaine que les portes ne soient pas au plafond et l’évier à l’envers.

Exemple numéro 3: « Je dispose d’une appareil photo d’une résolution de 24 pixels sur 18. »

Donc le blob immonde et carré là c’est?… LA CUISINE, mais oui bien sûr suis-je bête il y a 4 pixels noirs ça doit être l’évier. Ou le frigo. La gazinière. Voilà. Et c’est très original ces carrés de couleurs sur les murs, ah non pardon c’est juste que l’image est dégueulasse, autant pour moi.

Exemple numéro 4: « Je vais tout photographier l’appartement d’un coup d’un seul. »

Donc j’ai devant moi une photo avec 4 portes dont 2 ouvertes et un bout de truc dont je ne sais s’il s’agit de la cuisine ou de la salle de bains. Les deux? Pratique.

Exemple numéro 5: « La mise au point c’est pour les tafioles. »

C’est flou. Mais genre très, très flou. Je suis super contente de savoir à quoi l’appartement va ressembler quand je vais rentrer bourrée, ceci dit.

"Et donc là c'est le bureau, comme vous pouvez le voir il y a une jolie vue."

« Et donc là c’est le bureau, comme vous pouvez le voir il y a une jolie vue. »

Exemple numéro 6: « Je vais photographier de travers parce que je fais violemment l’amour aux conventions. »

Et donc là c’est à ça que ça va ressembler quand je vais me vautrer sur les 3 poutres en rentrant bourrée. Cool.

Bref, je propose donc dorénavant mes services de photographe/rédactrice immobilière, histoire de pouvoir visiter facilement des apparts dont j’ai pas besoin d’avoir fait divination 2e langue pour savoir à quoi ils ressemblent.

A bon entendeur, et à bientôt!

Aux mots, phobies!

A l’heure où apparemment une partie de la population a le droit de décider des droits de l’autre partie alors même qu’elles ne jouent pas dans la même cour et que les seules endroits où les deux se croisent sont les manifs où elles se foutent joyeusement sur la gueule à grands coups de slogans, je décide que moi aussi je veux jouer. Allons y donc:

Chère Manif Pour Quelques-Uns,

Et si tu nous foutiez la paix? Et quand je dis « nous », c’est pas un « nous » communautaristo-déviant de sale gouine qui veut préserver son petit bonheur conjugal, hein. D’abord je suis propre. Non, c’est un « nous »   de tous ceux qui en ont ras-le bol de voir affichée partout votre haine et, je suis désolée de l’admettre, votre entêtement que j’ai du mal à qualifier par autre chose que par « débile ».

Alors je vous vois venir, vous vous dites « Ouiiiiiiiiiiiiii, encore une bizarre qui va nous insulter copieusement tout ça parce qu’on veut pas qu’elle se maque avec qui elle veut, gnagnagna. »

C’est bien mal me connaître. Le fait que je pense que vous êtes un ramassis de rejets de l’évolution à foutre Darwin par la fenêtre n’a que très peu à voir avec la nausée qui me prend quand, encore, j’apprends que vous allez étaler vos couleurs pastel et vos logos kitchissimes dans les rues. (Vous savez que, d’ici quelques années, vos petits-enfants retrouveront ça dans le grenier et seront tout aussi horrifiés que si ils étaient tombés sur la preuve que vous aviez manifesté contre le mariage interracial? Enfin je dis ça mais ça m’étonnerait qu’à moitié que quelques-uns d’entre vous soient aussi de bons gros racistes bien gras, de ceux qui s’insurgent contre « l’islamisation de la France », hein? Putain qu’est-ce que je vous kiffe.)

Bref,  j’ai quelques trucs à vous dire et ça va sans doute être le bordel, donc je vais faire des tirets (solution de facilité pour vous comme pour moi, ne me remerciez pas):

– D’OÙ, mais vraiment D’OÙ vous avez vu que la famille tradifrançaisemachin était composée d’un pôpa et d’une môman et de petits gnenfants joyeux à socquettes? Je connais un sacré paquet de personnes, vraiment un sacré paquet, et dans tous les gens que je connais (d’âges, de milieux, de revenus, d’éducation différents)  je ne peux compter que sur une main les familles qui correspondent à cette si jolie image lapetitemaisondanslaprairiesque. Et ça ne dit pas si ça se bouffe le nez en coulisse ou pas, si ça n’abandonne pas, ne frappe pas, ne trompe pas. Et ne me faites pas le coup de « c’est générationnel », je peux remonter sur plusieurs générations, les dysfonctions seront là (bon ok, je vous offre gentiment l’époque où divorce égalait rejet total par la communauté, idem pour fille-mère, etc…, je suis bon prince. Bonne Princesse. Non c’est moche, bon vous m’avez comprise). Votre jolie petite image d’Épinal de la famille idéale est une ILLUSION, bonjour, on s’enlève le caca rose et bleu qu’on a dans les yeux et on contemple le monde réel.

Morpheus2– D’où vous tenez le droit de décider de celui des autres? Il me semblait à moi que le mariage était d’abord une décision de l’ordre de l’intime pour le couple. Que je sache, quand Bernard-Clotaire a demandé Charie-Marlotte en épousailles, ils ont pas demandé à toute la France si ils avaient le droit de le faire, si? Et quand bien même ils l’auraient fait, s’ils avaient trouvé quelqu’un que ça emmerdait royalement (alors que soyons clairs moi perso je m’en tamponne complètement), est-ce qu’ils se seraient dits « Foutrediantre et bouton de culotte, vite, annulons cette union qui donne des boutons à des gens que nous ne connaissons pas et ne connaîtrons jamais! »? Bah non. Arrêtez-de-vous-mêler-de-ce-qui-ne-vous-regarde-pas. Je sais que c’est du niveau maternelle, mais bordel pour vous ça a l’air compliqué. Est-ce que vous me voyez descendre dans la rue parce que par exemple, des gens ont décidé de porter des chaussettes dans leurs sandales? Non. Ça m’horrifie, je trouve ça abominable, et pourtant JE FERME MA GUEULE PARCE QUE C’EST LEUR VIE, PAS LA MIENNE!!!

10354167_10204328709445416_8192857423537976955_n

Merci à la contribution (au sacrifice?) volontaire d’une lectrice assidue. Merci frangine, quoi.

Un autre exemple: La plupart d’entre vous, chers participants que la Manif Pour Quelques-Uns (c’est trop bien en abrégé ça fait la Manif PQ, j’adore), êtes catholiques. Je ne nie pas qu’il y a quelques laïques parmi vous mais bon, ne nous mentons pas, la plupart êtes cathos jusqu’à l’os. Est-ce que vous voyez les athées, agnostiques et autres venir vous faire chier à la sortie des églises parce qu’ils pensent que votre religion est basée sur un système de pensées dépassé et rétrograde et sur un bouquin plus poussiéreux que la boîte ou vous rangez votre « amour du prochain » (je glousse)? Non, parce qu’on vous fout la paix, parce que nous estimons que vous avez le droit de vivre votre crise de Foi dans l’intimité. Je vois VRAIMENT pas ce que ça a de si compliqué de vivre chacun notre vie.

– Votre fameux argument des « Valeurs » qu’on entend même la majuscule quand vous en parlez. Figurez-vous (vous allez être ébobis) qu’il est tout à fait possible de ne pas avoir les mêmes valeurs et de vivre en paix en les appliquant pour soi. Par exemple les miennes pourraient se résumer dans cette très belle expression de Bernard Weber « L’Amour pour Epée, l’Humour pour Bouclier », entre autres. J’avais envie de dire qu’habituellement je prône le respect de l’autre et l’acceptation mais vous allez me rétorquer que je ne vous respecte pas. En effet, mais c’est vous qui avez commencé.
Vous êtes Rois en votre demeure et avez le droit de vous bourrer le crâne entre vous de toute les conneries du monde, mais on a pas élevé les lapins des Carpates ensemble alors on est gentil et on vient pas me baver sur les rouleaux, merci.

– Encore un argument de cour de maternelle, mais il est parfait, votre mariage? Madame, vous êtes ravie que Monsieur vous regarde encore avec l’œil qui pétille? Monsieur, Madame vous met-elle encore le feu aux joues avec un sourire? Jamais de cahots? Jamais de disputes, jamais de tromperies, le mariage parfait? Si oui, félicitations, vous êtes de gros menteurs, et si non, je vous donne ce très joli balai afin que vous alliez passer un petit coup devant votre porte, chez moi perso pas besoin.

Mékilébo.

Mékilébo.

Ça me fait salement penser aux scandales qui éclatent avec une régularité métronomique, notamment aux Stazunis où on découvre qu’un sénateur ultraconservateur homophobe comme c’est pas permis se fait joyeusement prendre par-derrière par de grands Blacks habillés en cuir en se faisant appeler Betty dans les backrooms d’un bar glauque. Hilarity Ensued.

– Fichtre, ces déviants veulent adopter! Ouais. Je vais revenir à mon premier tiret sur la famille parfaite qui n’existe pas. Ce qu’on apporte pour l’épanouissement d’un enfant n’est pas quantifiable en terme de « nb de personnes de chromosome X + nb de personnes de chromosome Y = famille normale », ça se saurait et beaucoup d’entre nous seraient des psychopathes détraqués. Vous le savez, alors qu’est-ce qui vous chatouille?  Vous le SAVEZ! Je crois que c’est cette mauvaise foi qui me débecte le plus dans vos espèces d’hétéro prides à la con: Il existe déjà tout plein d’enfants élevé par seulement des femmes, ou seulement des hommes, et je ne parle même pas d’homos, je parle de mères, grands-mères,  pères,  grands pères, oncles, etc… et ça ne fait pas une bande de tordus (la bande de tordus,  elle a des p »tits sweats roses et bleus et des p’tits drapeaux assortis et elle a toujours pas compris le terme « majorité démocratique »). Quant aux famille homoparentales, oui il y en a, oui ça a été étudié, non les enfants ne présentent pas de problèmes psychologiques particuliers     et vous savez quoi? Ils sont même pas malheureux, les p’tits salauds!

– « Ils vont se faire moquer d’eux à l’école parce qu’ils ont des parents homos. » Oui, probablement. Ou parce qu’ils sont petits/grand/gros/roux/frisés/noirs/arabes/avec un appareil dentaire/un défaut de prononciation/des lunettes/handicapés/mal sapés/pauvres/riches… Je continue?

– « Vous n’êtes pas opprimés quand une minorité réclame un droit que vous avez TOUJOURS EU. » Donc vos larmes de crocodile vous les ravalez, hein? Si vous aviez eu à vous aimer dans l’ombre depuis toujours par crainte de l’opprobre d’une minorité qui n’a que ça à foutre, si vous aviez dû vous cacher, quelques fois perdre l’autre à cause de ce secret, quelque fois perdre sa famille, quelquefois mourir, si vous aviez vécu tout ça plutôt que votre putain de vie de privilégiés, je vous jure que vous verriez les choses autrement.

– J’entends souvent « je voudrais qu’un de leurs gamins soit gay, ça leur apprendrait »,  en  parlant de vous. Bah pas moi. Le taux de suicide chez les jeunes homos est déjà suffisamment catastrophique pour pas en rajouter. Mais imaginez une seule seconde que le gamin qui comprend à peine ce qu’il fout là que vous traînez dans vos marches en arrière, s’il est effectivement gay, vous l’avez déchiré à vie. Et si il a la force inhumaine de passer par-dessus votre haine pour vivre et s’épanouir, vous l’aurez perdu. Et je suis désolée parce que c’est bas, mais ça sera sacrément bien fait pour votre gueule.

– Un bon nombre de pays d’Europe ont déjà légalisé le mariage gay, l’adoption, la PMA, etc… Sans que ça ait été le déclin de la civilisation… On se raconte de combien de civilisations le catholicisme a provoqué la perte? Oui, ça aussi c’est bas, rien à foutre.

– Et arrêtez de brandir votre Bible « paske c ékri dedan lol » , dans la Bible il y a aussi l’interdiction de porter des vêtements faits de différentes matières, de manger des crevettes (au passage le fait de manger des fruits de mer des condamné 9 fois plus dans la Bible que l’homosexualité, je dis ça je dis rien), d’aller à l’Eglise si on a des problèmes de vue, etc… Donc je vous propose de mettre tout ça en place, et APRÈS je vous accorderai de la crédibilité. Vous ne pouvez pas prendre littéralement seulement ce qui vous arrange et décider que le reste est une métaphore, ça marche pas comme ça, bande de vilains tricheurs oukilsontvilains. Ah et au fait, Monsieur, votre femme était vierge lorsque vous l’avez épousée? Non? Ah bah merde, exécutez-la sur le champ alors, hop hop hop, c’est écrit dans la Bible.

J’ai fini.

Je me rends compte que ce post n’apporte pas grand chose au débat, que j’ai mis des trucs deux fois et que j’en ai oublié d’autres, mais ce que vous lisez là je l’ai plus vomi qu’écrit: je n’en peux plus de vous voir marcher dans les rues par pure étroitesse, petitesse, vous êtes des sous-produits d’humanité, et je vous plains, parce que vous vous rendez malheureux volontairement.

Une dernière chose:

Ton facteur est gay. La prof de ton fils est lesbienne. Ton comptable est bi. Ta boulangère aussi. Ton cousin est gay. Ton prêtre est gay. Ta secrétaire est lesbienne. Ta femme de ménage se tape ta mère. Ton oncle mate le cul des mannequins Calvin Klein.

Je suis lesbienne.

Ils sont gays.

On est partout. Vous lâcherez rien? On prendra ce qui nous revient de droit. Des droits.

Rigide fardeau, hein?

1000.

1000 vues. Ok, 1000 vues parce que j’ai fait mes grands yeux tristes de cocker affamé, mais quand même.

1000 fois des gens que je connais, ou pas, sont venus sur ce blog, à cette adresse, pour voir quelles conneries je pouvais bien avoir à raconter. 1000 c’est bien plus que ce que j’ai d’argent sur mon compte, bien plus que ce que je connais de gens.

Il y a 1000 jours j’avais presque 26 ans, et j’étais quelqu’un d’autre, qui vivait une autre vie.

J’écris depuis longtemps, vous savez, et la discipline me manque d’être véritablement constante dans le seul domaine de ma vie dans lequel je me suis jamais sentie libre.

J’ai écrit pour et contre tout, envers et contre tout, tout contre d’autres et à propos du reste, j’ai écrit comme on reprend une bouffée d’oxygène après une plongée trop profonde, trop longue.

J’ai écrit comme on saigne, comme on aime, comme on hait, comme on est, j’ai écrit parce que je me suis forcée ou parce que je n’avais pas le choix.

J’ai écrit gros pour remplir des pages, écrit petit parce que je n’avais plus de place.

J’ai écrit tremblotant parce que sur mes genoux, dans une voiture ou dans un train, sur une plage ou sur un banc.

J’ai écrit avec de jolis pleins et de jolis déliés, j’ai écrit flou alcoolisé, j’ai écrit illisible ce que je croyais sur le coup être quasi d’inspiration divine. J’ai écrit sur ma main et sur le corps de l’autre.

J’ai écrit plume institutionnelle, j’ai écrit clavier de facilité et bic qui tache les poches parce que le bouchon vit sa vie ailleurs, j’ai écrit mine de rien, mine qui casse.

J’ai écrit drôle, ou pas.

J’ai écrit de la poésie, de la prose, de la nouvelle, j’ai commencé du roman dont je ne connais pas la fin, dont je ne sais plus l’inspiration qui l’a vue naître. J’ai écrit des listes de courses, des phrases que je trouvais jolies, de tickets de tram en sous-verres de bière.

J’ai écrit jusqu’à ce que les mots perdent leur sens, ou le trouvent.

Je t’ai écrit à toi et j’ai écrit à d’autres, j’ai cru nous rattraper en t’écrivant. J’ai expliqué comment je t’avais perdue en t’écrivant aussi.

J’ai écrit la vie que j’ai et celle que j’aurais voulue.

J’ai écrit ma condamnation et mon sauvetage.

J’ai 28 ans et je ne me rappelle plus trop de quand je n’écrivais pas.

Mais si une chose est sûre parmi tous ces doutes, c’est que depuis le jour ou mon pseudo est venu orner l’adresse d’une page web, je sais pourquoi j’écris.

J’écris pour vous.

Merci 1000 fois.